Piggy Bank / Sonnet

Le sampleur

Artiste : 50 Cent

Album : The Massacre
Année :2005
Titre : Piggy Bank
Date d'ajout : 15/11/2019
Publié par : Aoced

L'original

Artiste : Alla Pugachova

Album : Mirror of the Soul
Année :1978
Titre : Sonnet
Date d'ajout : 15/11/2019
Publié par : Aoced

L'histoire du sample "Piggy Bank"

The Massacre, sorti en 2005, n'est pas le meilleur album de 50 Cent, et « Piggy Bank » n'en est même pas la meilleure chanson. Cependant, elle est révélatrice, à sa manière, du son de l'époque, avec tous les archétypes que cela comprend: trois mesures dans lesquelles le premier temps est toujours très marqué, martelé, puis une quatrième servant de transition avant de reprendre la boucle. Du A/A/A/B hip-hop typique des années post-2001, dont 50 Cent est amateur, et dont « Piggy Bank » est l'exemple parfait. L'ambiance du morceau est assez dure, froide, impressionnante. Un peu comme le rappeur. Avant d'exploser en 2003 avec son premier album Get Rich Or Die Tryin', le bonhomme s'était retrouvé, un soir d'avril 2000, criblé de balles. Une dans la main, une dans le bras, une dans la hanche, une dans chaque jambe, une dans la poitrine, et une dans la joue. Strike. Le tireur, garde du corps et ami de Mike Tyson, était retrouvé mort trois semaines plus tard. La street credibility de Fifty n'était pas à prouver, mais sa musique devait faire ressortir ce personnage. « Piggy Bank » s'en chargeait, comme bien d'autre titres de sa discographie. Cependant, ce morceau plein de testostérone ne serait pas aussi intéressant musicalement s'il n'avait pas samplé Alla Pugachova, la chanteuse russe ayant vendu le plus de disques. Son titre « Sonnet », sorti en 1977 sur son second album The Mirror Of The Soul, démarre par des chœurs chantant une mélodie sans parole stridente, ressemblant étrangement à du Bee Gees mal enregistré. Une même note jouée à la noire par la basse et le piano rendent l'atmosphère à la fois kitch et effrayante. Mais il en faut plus pour faire peur à 50 Cent et au producteur Needlz. En 2005, ce dernier est déjà dans les petits papiers de Ludacris, Afu-Ra, du label Ruff Ryders, et de G-Unit, groupe dont 50 Cent est membre fondateur. Inconditionnel du combo synthé Kurzweil K2661 branché dans un sampleur Akai MPC2000, sa patte sonar semble être guidée par les sons massifs, lourds, très mi/lennials. Pourtant, Needlz aime l'analogique, et le sample. Les chœurs introduisant le morceau «Sonnet » d'Anna Pugachova ont donc adroitement samplés sur les refrains de « Piggy Bank », au milieu d'une production fournie. Le but est d'impressionner, les voix russes semblent provenir du purga­toire ou d'un film d'épouvante très seventies. Et pour cause: à l'époque, 50 Cent est en plein beef avec Ja Rule. Une sombre histoire de bijoux volés et de coups de couteau dans l'abdomen. Dans ses paroles, le rappeur du Queens dézingue son rival et tous ceux qui ont osé s'associer à lui musicale­ment ou professionnellement. Les clins d'œil hostiles à Havoc de Mobb Deep, à Jadakiss, à Fat Joe, à Nas, à Kelis sont explicites, directs. Une boucherie à laquelle les personnes citées précé­demment répondront allègrement par morceaux interposés. Pourtant, Anna Pugachova est bien loin de ces règle­ments de compte. Pour elle, son intérêt porte plutôt sur Eurovision 1991, le titre honorifique d'Artiste du peuple de l'URSS et sur ses cinq mariages tape-à-l'œil. Son côté rebelle, elle l'a affirmé lors de sa prise de position ferme contre l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, bien loin des enfantillages du hip-hop américain.